Introduction

  • Tout d’abord, connaitre le vocabulaire (Voir page vocabulaire)
  • Choisissez le bon équipement. Il y a une grande différence entre le kayak de lac, de mer et de rivière. Il faut que ce soit conçu pour faire de l’eau vive. N’hésitez pas a essayer plusieurs types de bateaux « Voir section équipement Kayak »
  • Le kayak de rivière ne se fait jamais seul.
  • Le rassemblement des sorties se fait normalement au point de sortie de la rivière « TAKE-OUT ». Des autos sont laissées là et les gens covoiturent pour se rendre à la mise à l’eau « put-In » avec les kayaks. Il faut donc laisser assez d’auto au « take-Out » pour remonter tous les conducteurs de véhicules qui sont restés au « put-in »
  • Si une sortie est prévue à 11h. prévoyez du temps pour que les gens se changent et remonte en auto au put-in. On sait à quelle heure une sortie commence, mais on ne sait jamais à quelle heure on revient 🙂
  • Il existe plusieurs types de sorties de kayak pour plusieurs types de kayak
    • La descente: peut se faire avec plus ou moins n’importe quel bateau.
    • Le park-and-play: se fait avec un kayak de type playboat. Il s’agit surtout de rentrer dans une vague ou un rouleau et s’y amuser.
    • Le creek : Il faut là, avoir le kayak et les compétences nécessaires, car il s’agit de kayak intermédiaire/avancé qui comporte des risques, car les descentes contiennent des seuils, chutes et rappel.
  • Faire une initiation avec une école est toujours une bonne idée, car vous pourrez en même temps socialiser avec d’autre kayakiste qui commence.
  • Soyez conscient de vos aptitudes. Soyez bien encadré. Car vous pouvez mettre vos vies et celle des autres en danger. Ne sautez pas d’étape !
  • Connaissez les types de rivière
    • Eau vive: Votre mère va s’amuser aussi
    • R1 : facile pour débuter, aucune manoeuvre technique à faire
    • R2 : Le débutant va tester sa stabilité, la récupération reste facile
    • R3 : Quelques obstacles ont surveillé, mais les passages sont relativement francs
    • R4 : Nagigation précise nécessaire afin d’éviter les dangers, récupération difficile
    • R5 : Nagitation très difficile, plusieurs obstacles souvent consécutifs, de chute ou de forte pente

Mais attention. Un R2 continu peut être plus risqué qu’un R3 de type “drop and pool”. Drop and pool signifie que vous avez de l’espace pour la récupération suivant l’obstacle. Continu signifie que la récupération du matériel et du kayakiste est plutôt difficile.

 

Les débits

Le débit est généralement qualifié de bas, moyen, haut ou cru. La classification peut aussi changer. Au printemps un R2 peut devenir un R4.

Un débit de 24 mètres cubes par seconde (m³/s) peut être le niveau de crue d’une rivière peu profonde et étroite, tandis qu’un débit de 300 m³/s peut-être un niveau bas pour une rivière plus large.

De plus. Il faut vérifier l’extrapolation. Les sites d’info débit n’indiquent pas tous les mêmes débits, car certains utilisent une méthode de calcul différente. Informez-vous suffisamment. La seule info de débit qui est fiable est celle qui provient directement de la station hydrométrique. Mais il peut aussi arriver que le courant pour votre section soit différent de la station à cause de la distance qui les sépare et de la vitesse que la crue ou décrue s’effectue.

Vous pouvez vous informer dans la section DÉBIT

L’esquimautage

Au début, il est normal de nager, toutefois, plus la difficulté de la rivière augmente (en Classification “R” ou en débit m³/s), plus il est difficile de récupérer votre équipement et plus le risque de se blesser augmente.

Visiter la section esquimautage pour plus d’information

 

Laisser un commentaire