Essai : rivière des Rêves ou Des Neiges

Quebec Kayak Forums Kayak de rivière Guide de rivières Essai : rivière des Rêves ou Des Neiges

Ce sujet a 10 réponses, 0 participant et a été mis à jour par  Sylvain Sauvageau, il y a 4 ans et 7 mois.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #51714

    David
    Membre

    Rivière Des Rêves
    Note de l’auteur : Toute ressemblance avec qui ou quoi que ce soit est une pure coïncidence…

    Bon…. mes chums ne seront pas trop fiers de moi… Mais bon ils comprendront …
    Sur la rive de la rivière Des Rêves, nous étions presque devenus ‘’frères de sang’’ avec une coupure au vif sur l’avant bras (Bon Ok ce n’est pas vrai, mais l’intensité y était!!! Je le jure)… Mais on s’est tout de même juré que ce qui se passe sur la Des Rêves reste sur la Des Rêves…
    Mais quand le chat doit sortir du sac …pour le bénéfice de toute la communauté… Bon… Faque…. Voici

    La meilleure manière de faire la rivière Des Rêves sans se faire pogner (bien que nous on s’est fait pogner pareil, à lire plus loin :2009)… c’est de faire toute la Des Rêves… autour de la mi-mai (fête des Patriotes) quand le lac des Rêves est callé, que la haute-haute Des Rêves est libre de glace, que la neige dans le bois a disparu assez pour pouvoir y camper sans faire du camping d’hiver… (L’avantage = pas de mouches noires.)

    Bien que nous ayons obtenu des niveaux forts différents d’une année à l’autre, 2006 = moyen, 2009 = haut, la Des Rêves doit être cueillie à point… entre les deux…moyen –haut!!!

    Commençons donc par 2006, la fois qui nous a donné le goût d’y retourner au PC. Nous reviendrons sur les péripéties de 2009 plus tard…

    On planifie donc le tout une couple de semaine d’avance. On se trouve un ‘’ vrai bon chum à titre de shuttle bunny’’ qui vient nous reconduire à la décharge du lac Des Rêves en soirée un vendredi soir. Le problème principal est relié au camp des Rêves. Grand Chalet sur le bord du lac des Rêves, où il y a toujours du monde. On décide alors de s’installer sur un chemin secondaire à quelques kilomètres du put-in, soit le lac ‘’en anglais’’ (près du pont qui traverse la des Rêves, tout juste après la décharge). Camping sous la tente, feu de joie, couple de drinks en règles pour délier les langues, tout commence sur une excellente note. Au petit matin nous chargeons nos kayaks de l’essentiel : hamacs (à ne plus refaire), bâches et cordelettes, sacs de couchage, 1 chaudron 4 litres, des chainettes pour suspendre le chaudron, filtre à eau, sciotte, imperméable, sandales, bas secs, doudoune, sous-vêtements secs, tuques, nourriture pour 3 jours pour 4 personnes. L’eau est relativement basse, assez pour passer directement dans le gros tuyau sous le pont. Nous descendons la haute des Rêves sans difficulté. La rivière est facile, que des R2 au gros max, parsemé de deux courtes sections de R3-4 sommes toutes faciles. Rien de bien énervant. En fin AM on croise un autre pont qui traverse la rivière…Après quelques heures de descente, un bon dîner sur la rivière, on atteint finalement le lac à la frontière nord de la seigneurie, la où les lignes de transmission à haute tension croise le paysage… sur la rive droite, on trouve une clairière dégagée, derrière les arbres, bine cachée, avant les fils électriques.. Feu de camp, trépied en bois, soupes et délicieux Chili Con carne maison déshydraté, le tout arrosé de quelques shooters backtoback de Chartreuse ‘’ la boisson des dieux du camping léger’’ (ratio effet-poids inégalé)… Pour le hamac, c’est trop froid en mai… il aurait fallu un matelas en dessous pour ne pas avoir froid car l’isolation est trop compactée sous le corps, avec l’air frais en dessous… ça dort pas trop bien… partie remise.

    Au réveil on cuisine sur le feu, 2-3 cafés et hop on se remet à l’eau après avoir enfilé nos wetsuits et drytops les pieds dans la neige. Après la traversé du lac on tombe enfin sur l’endroit recherchée, la section A de la Des Rêves…et ses 11 km de R3 continu… et pour une belle section de R3 continu s’en est une! On parle par contre que d’un apéritif de la vraie Des Rêves. On portage le premier rapide qui suit le barrage de la décharge du lac et hop on enfile une suite interminable de rapide R3 qui se prête à merveille à la lecture à vue. Nous n’aurons vu aucune âme qui vive depuis notre entrée sur le territoire autant dans le bois à Momo, dans la réserve de bière des Laurentides que de la Seigneurie de Monsieur Beau-Lieux, malgré les quelques chalets dans la Seigneurie.
    Nous croisons les deux affluents principaux de la Des Rêves rive gauche (rivière de la ‘’Steppe australe’’ et rivière du camp ‘’ qui a passé au feu’’). La pluie se mets de la partie. Nous faisons une pause sur la galerie du chalet tout de suite après la rivière du camp ‘’qui a passé au feu’’. Nous sommes complètement gelé et près de l’hypothermie pour certains. Devant nous la mythique section B. La vue de la pente devant nous nous excite, nous réchauffe. C’est vraiment fou comme vue sur la vallée de la section B qui s’engouffre entre les montagnes… par en bas!!! La niveau est adéquat pour nos capacités. On s’enfile un après l’autre les rapides manœuvriers sous une pente constante… Les Gros Flocons, l’Échevelé, le Goulot, sont tous simplement trop beaux pour être vrai. Nous ‘’scoutons’’ le rapide l’Entonnoir qui est moins ‘’clean’’. Certains portagent, d’autre se le farcissent le sourire dans la face. La suite du rapide, ‘’Le défilé de chez Campbell’’ est magique, contenu entre des parois verticales… Nous aboutissons finalement 1 kilomètre plus loin directement dans ‘’l’autre rivière plus grosse’’. Fatigué de cette longue journée sur l’eau à être aux aguets et concentré au max dans des conditions météo sommes toutes bien ordinaires. Croisant le chalet directement au confluent, rive gauche, nous hésitons à y arrêter craignant d’être ‘’détecté’’. Quelques centaines de mètre plus en aval, rive droite c’est une tente prospecteur et un site aménagé qui nous fait de l’œil. Nous montons y faire une pause. Nous restons à l’extérieur, pas question pour l’instant d’y élire domicile. Après le souper, nous décidons de ‘’squatter’’ civilement l’endroit. Sans même défaire les lits de camps, nous nous installons sommairement pour la nuit dans nos sacs de couchage.

    Dimanche matin, Hop, léger déjeuner et Hop sur l’eau pour rejoindre notre char au site du ‘’Groupe d’Accès à la rivière du même nom’’. C’est plusieurs kilomètres de plat qui sont parcourus rapidement en matinée. Loups, orignal mort sur la berge, courant continu, chalets dispersés ici et là, moulin à scie ‘’désaffecté?’’, jonchent la rivière . Passé le pont de la scierie débute la section A de la Mo. Les quelques kilomètre jusqu’à la barrière du séminaire (put-in normale de la A) sont à la hauteur de la section A, R3, R3-4 continue. On se fait la section A jusqu’au take-out-put-in où l’on rejoint notre voiture laissée là le vendredi d’avant. Nous retournerons sur la Des Rêves avant longtemps promis.

    Passons maintenant à 2009… prise 2.
    Il a plu toute la semaine, les rivières sont plus hautes, nous hésitons. Mais bon, on verra et on connait la section et ses embûches, enfin on le croyait.
    Même scénario, même date, mieux préparé… pas d’hamac, mais des sacs-bivouac, des matelas de sol et des bâches en cas de pluie.
    Par contre au lieu de s’installer en bandits sur une route reculée, on s’installe directement au put-in. Première erreur.
    Quelques minutes après notre arrivée, qui ne vient pas nous voir, le responsable du camp des Rêves. Salutations d’usage, bon type et chic type, nous lui expliquons (mentons)que nous nous dirigeons au Saguenay et que nous voulons uniquement répertorier ce coin et l’accès à la Des Rêves. Nous quitterons au levée, promis! On fait la fête, un feu de camp, on rit beaucoup de la situation. Dès le levée du jour, notre ‘’shuttle bunny’’ nous quitte avec la remorque, vide. Bien évidemment il doit repasser tout près du camp des Rêves. La remorque vide éveille des soupçons. De notre côté nous venons tout juste de mettre à l’eau, avons pagayé quelques centaines de mètres, quand en se retournant par pur hasard pour regarder le dernier rapide en amont, nous remarquons un pickup blanc arrivant sur le pont du Put-In… sans en faire de cas, nous continuons vers le sud jusqu’au …. Prochain pont . Quelle surprise, le pick-up blanc nous attend au pont suivant. En ‘’gentleman’’ nous nous arrêtons pour aller rencontrer notre ami de la veille qui n’est pas trop fier de nous. Suivant une discussion somme toute courtoise, où on nous explique que nous n’avons pas l’autorisation de descendre la rivière, qu’il y a une grosse chute plus basse, que c’est dangereux les rapides, nous élaborons sur le fait que nous sommes quatre adultes, pères d’enfants en bas âge, qui doivent entrer au travail lundi, que nous sommes bien préparé tout en exhibant notre matériel de sécurité et de camping,… et qu’il n’ya pas de chute plus bas, preuve : nous sommes venu ici il y à 3 ans, et vlan pour l’argument massue. Après avoir fait la paix, promis que nous serons prudents et que nous le recontacterons à notre sortie de la rivière, ce que nous ferons bien évidemment, nous continuons notre course. Cette rencontre deviendra un des faits saillants de notre sortie, multipliant à maintes reprises les ‘’inside jokes’’ à cet effet. Maintenant le cap au sud, nous utiliserons le même site de camping et clairière que la dernière fois. Le sol étant très humide compte tenu de la pluie des récents jours, l’installation de notre bivouac est encore plus sommaire et près de la flotte. Au moins le temps est splendide et le soleil nous accompagnera tout au lot de notre péripétie.

    Le samedi, la descente de la section A sera parfaite. Le R3 continus sont volumineux et de grande qualité. Nous stoppons partout dans chaque contre-courant pour apprécier la qualité de cette section. À notre arrivée au début de la section B…oh oh!!! C’est gros, c’est gros…est-ce trop gros? Nous nous engageons finalement dans le bras rive gauche pour éviter l’immense train vague dans le lit principal. Nous stoppons quelques centaines de mètre avant les Gros Flocons sur la rive gauche. Nous marchons sur 200 mètres dans le bois pour aller ‘’scouter’’ le rapides… C’est gros et peu tentant pour notre calibre. Nous décidons de remonter, faire un bac pour aller utiliser un goulot rive droite. L’après-midi est bien entamé. Après un court portage facile rive gauche… on se remet à l’eau tous ensemble et décidons de faire l’Échevelé à vue. Ce n’est qu’une fois passé la courbe vers la gauche qu’on découvre l’ampleur et la réel définition du mot ‘’Whitewater’’. C’est blanc partout et ça dévale vers le bas comme jamais on a vu. Un de nous chavire dans un pleureur, son kayak dévale le rapide et va par pur hasard se prendre dans les roches dans un bras de rivière rive gauche. Par malchance, il ne peut que rejoindre la rive droite. Nous sommes trois du côté gauche et un du côté droit de la rivière en furie. Après quelques moments de réflexion, il décide de remonter un peu et se jette à l’eau pour nous rejoindre… Il rejoint un gros rocher à quelques dizaines de mètres de la rive. Nous lui lançons le sac à corde et le ramenons vers nous. Il reste à déprendre son kayak submergé en plein milieu du bras de rivière de quelques mètres de large. Une fois sortie de là, on découvre que seul son sac de couchage est humide un peu. Nous inspectons les environs pour trouver un endroit idéal pour camper… mais il se fait tard et décidons de camper directement là… où nous sommes même si l’endroit ne se prête pas du tout au camping. On se fait chacun une place au travers des épinettes, faisons un feu en bordure de rivière et relaxons finalement. Ouf quelle journée. Dimanche matin, ce sera une suite de long portage jusqu’au ‘’défilé de chez Campbell’’ que nous rejoindrons en descendant nos kayaks attachés à nos cordes, le long de la paroi du canyon, après quelques prouesses d’escalade. Nous filerons finalement jusqu’à la barrière en début PM, ou nous nous quêterons un ‘’lift’’ pour rejoindre Ste-Brig et notre voiture. Bien préparé, nous étions près à ces éventualités, par contre nous sommes conscients que tout peut chavirer en quelques secondes et que la prudence reste toujours notre meilleur allié.

    À ceux et celles qui cherchent une rivière idéale pour le kayak camping, la Des Rêves est certes une destination de choix, une rivière de rêves…
    J’imagine qu’elle doit ressembler beaucoup à la rivière des Neiges.

    #72035

    Pascal
    Membre

    Le punch était vendu dès que tu as nommé “les gros flocons” anyway ;)

    #72036

    David
    Membre

    Sérieusement, faudrait pas que ça se sache. Je compte sur la discrétion de tous. Territoire privé qu’est la Seignerie, il ne faudrait pas que quelqu’un aille mettre un barbelé au travers de la rivère à la limite de la Seigneurie. Quant à la Reserve et SEPAQ, il y aura toujours moyen de moyenner avec eux d’une manière officielle pour avoir accès au territoire, comme pour toutes les autres rivières de ce secteur.

    Toujours décevant en 2013, qu’une clic ait la main mise sur un territoire de cette qualité, au nom de je ne sais quel principe, morale, religieux, financier, … C’est comme les Irving, Desmarais et autre bonzes de ce monde… Avec une peu beaucoup dA’rgent, il est possible de s’approrier des terres qui pourraint appartenir à tous… Au moins le fond de la rivère de la Des Nieges n’appartient à personnne… profitons-en.

    Maintenant que je sais que je n’y retournai pas, car mes habiletés en kayak ne se prêtent plus à ce type d’expédition, il me semblait intéressant de partager cette option.

    J’imagine que notre plan de nègre ne favorise pas beaucoup l’ouverture du territoire, qu’il serait mieux de procéder par entente avec les responsables de la Seignerie… par contre, de mon bord je n’avais pas et n’ai pas le temps d’attendre pour profitez de ce qui m’appartient un peu! La vie est trop courte, la rivière des Neiges trop belle pour la laisser au main d’une élite…

    #72034

    UN beau recit

    :)

    #72037

    c’est sur qu’en l’écrivant sur internet tu t’assures que cela ne s’ébruite pas!!!

    Ca donne toujours le goûts d’explorer.
    Quand est-ce qu’on va avoir un premier minstre kayakiste pour redonner accès à tous?

    V

    #72038

    David
    Membre

    Sérieux, tant mieux si ça s’ébruite un peu, pas mal.
    Si c’est sur le web, c’est pour partager…point!
    L’important finalement de notre bord, c’est que personne n’écope ou ne paie le prix d’une décision allant à l’encontre des règles établies… je pense ici exclusivement à notre chum qui nous a ”pogné” et qui a joué fairplay en gardant ça mort. C’est certain que pendant les quelques années où nous avions toujours en tête un jamais deux sans trois… on a chercher à garder ça undercover… mais là, si on y retourne ce sera avec les kids… faque pour tout de suite… pis anyway, je le ferais en jouant le même jeu… le jeu de la discrétion…
    Le gout d’explorer… à chacun son niveau de tolérance aux conséquences… :)
    Pour le premier ministre.. je me demandais???… Pauline… ca fait pas de kayak ce monde là ???

    #72039

    Certaines personnes ont aussi réussi a y aller illégalement en partant de La Haute Momo C jusqu’à l’embouchure de la Des Neiges.
    A partir de là, on remonte à pied jusqu’au Put-In de la des Neiges B (c’est quand même une bonne marche p-e 5-6 km) ce qui permet de descendre uniquement la section B… avant de continuer sa route jusqu’à la barrière des terres du séminaire.

    #72033

    Beau récit !

    #72032

    Bon, c’est beau le blabla, mais quand est-ce qu’on monte un expédition pour faire ca ? Je crois pas qu’il y aura une police qui ne ramassera dans le bas de la section, surtout ne sachant pas trop ou on va sortir.

    Bref, mon coté bum, rebelle, p-ê frustré qui dit ca, mais tout de même, je lance l’idée. Dites moi que c’est possible et j’embarque :P

    #72071

    Sylvain Sauvageau
    Admin bbPress

    C’est ben trop grand pour être Privé, ça me fait pleurer :(

    941279_445944355494803_1013552896_n.jpg

    #72031

    Heureusement que l’église fait vœux de pauvreté… Sinon l’ensemble des territoires du Québec serait sous la bénédiction diocésaine !

    Moi aussi, ça me fait mal au cœur.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.