Guide, sécurité, une vision de la rivière

Guide, sécurité, une vision de la rivière 

Ceci est un article avec lequel je veux contribuer à améliorer votre vision de la rivière et surtout améliorer la façon de la descendre en groupe. Différentes choses sont nécessaires afin d’apprécier une descente et terminer la journée en beauté et ce, malgré tous les imprévus qui peuvent survenir Je fais de la rivière depuis longtemps et j’en fais pour en faire longtemps. Selon moi, l’ingrédient essentiel est de développer une bonne attitude prévoyante face à une rivière qui peut parfois nous surprendre. Il faut donc que vous développiez cette capacité à avoir une vision de la rivière qui est solide et stable.

 

D’abord, sachez que vous aurez toujours à apprendre en rivière et de la rivière. Elle a toujours quelque chose à nous dire, mais il faut s’y attarder pour la comprendre. On peut voir les rapides en voyant les lignes et s’y élancer ou on voit les rapides …et on rate nos lignes. Il faut toujours regarder les rapides et les lire avant de s’y lancer. Regardez au loin devant vous et soyez attentif. Plus votre expérience grandira, plus voter champ de vision ferra de même. Par la suite, développez vos techniques, changez vos lignes, donnez-vous du défi. La technique change constamment et s’améliore continuellement, la votre aussi progresse. Pourquoi vous faites ce sport? Quel plaisir en tirez-vous? Que cherchez-vous? Alors allez le chercher !!!

 

Je l’ai souvent dit et je vous le redit : 50% d’une descente réussie l’est en raison du monde avec qui on descend. Je m’explique. Même si je suis apte et prêt pour une certaine rivière et même si je la connais bien, je pense évidemment que je suis capable de la descendre et que tout devrait bien se dérouler. Mais si les autres kayakistes du groupe ne sont pas tous aptes à faire cette descente, qu’il n’ont pas tous la même vision de la rivière, ou qu’ils n’ont pas tous la même façon de pagayer, alors vous risquez fort de ne pas avoir une bonne descente. Même des sorties qui peuvent être faciles, voire banales selon moi, peuvent devenir un vrai cauchemar.

 

Alors observez avec qui vous pagayez. Si vous pagayez souvent avec les mêmes personnes, vous développerez une même technique de descente et cela est excellent. Règle générale, il existe une bonne façon qui s’applique tout le temps pour descendre : la personne qui connaît la section avec la meilleure lecture de rivière et la meilleure expérience ouvre. Cette personne choisira la meilleur ligne pour le reste du groupe : c’est le guide. Derrière la personne qui ouvre, le mieux est de mettre la personne le moins expérimentée qui peut suivre le guide à la trace. Le reste du groupe se distribue au milieu. Pour fermer, cela prend une personne solide et qui se débrouille seule. Il faut que cette personne soit aussi bonne que celle qui ouvre parce qu’il n’y a personne pour lui venir en aide en arrière d’elle. Il voit tout le groupe et doit agir en conséquence des gestes des autres. Il est souvent bon de se donner un ordre à suivre quand le groupe est nombreux.

 

Le portage est toujours une sage décision. Si quelqu’un décide de portager, c’est un moindre mal et cela est prévisible. Mais il faut faire avec les pressions du groupe qui peuvent facilement pousser quelqu’un à faire un rapide pour lequel il ne se sent pas prêt, tout simplement pour faire comme les autres. Cela peut éventuellement mener à des incidents-accidents bien malheureux ! Il vaut mieux se dire « j’ai portagé » au lieu, de « j’aurai donc dû portagé ». Votre état du jour fera une différence, mais c’est à vous de choisir et c’est vous qui serrez responsable de votre ligne si vous choisissez de la faire. Personne ne pourra pagayer à votre place quand le moment serra venu. J’ai toujours eu un esprit conservateur dans mon évaluation d’un rapide, surtout lorsqu’il s’agit d’une section inconnue. Je prends un rythme qui me convient et je l’applique.

 

Vaut mieux prévenir que guérir, n’est-ce pas? Il est donc important d’observer quel serait le meilleur endroit pour vous arrêter s’il arrivait un pépin (ex : prendre le contre-courant à droite s’il y a déjà quelqu’un à gauche) pour agir plus vite en cas de récupération ou sauvetage. Il faut toujours avoir un plan A, et un plan B en tout temps , au cas où le premier plan ne fonctionnerait pas. Le plan B peut être une ligne différente, se lancer dans un trou ou de s’élancer dans les roches la tête sous l’eau. Bref, il faut évaluer les risques et choisir. Maintenant, quand un incident-accident survient, vous devrez confronter vos idées et vous devrez agir vite….Vous devrez être prêt et avoir appris les techniques de sauvetage. Mais sont-elles bonnes? Vos premiers soins sont-ils bons? Avez-vous une trousse de premiers soins et de l’équipement de sauvetage avec vous? Et après, est-ce que la personne-victime se sent apte à continuer la descente mentalement? Après une nage, on a souvent l’impression que l’on est moins bon techniquement. Ceci est totalement faux ! Nous sommes aussi bon qu’auparavant, mais notre perception à changer. On a tendance à garder le souvenir de l’événement négatif au détriment de la progression que l’on a faite jusqu’à présent. Notre vision a tout simplement changé, mais la rivière a gardé sa fluidité. Le kayak nous amène dans des endroits souvent éloignés. Même si la route est proche, il faut souvent faire une difficile marche en forêt pour s’en sortir. Le meilleur moyen est toujours de sortir par la rivière. Soyez prêt à faire face aux imprévus. Dites-vous que cela va arriver un jour, c’est inévitable…tout simplement une question de probabilité.

Soyez prévoyant. Faites-le pour vous et aussi pour les autres. Si vous avez des amis, vous devez avoir un minimum de prudence et de prévoyance. Un sac-à-corde peut sauver des vies, c’est unoutil essentiel… mais il faut savoir s’en servir. Si j’en apporte un avec moi, il est pour aider mes amis autour, il n’est pas pour moi. Tout comme presque tout le reste de mon équipement de survie. Si je nage et que mon kayak est cravaté avec tout mon équipement, est-ce que j’ai des amis qui ont été prévoyant pour moi, je l’espère bien aussi.

 

Assurez-vous d’avoir un bon équipement et de bonnes connaissances. Habillez-vous selon les conditions. Ne pagayez jamais seul : une nage avec une épaule disloquée et vous êtes dans le pire pétrin de votre vie, même si c’est juste un playspot. Faites attention pour garder les accès en respectant les locaux, leurs propriétés et en les saluant poliment afin de maintenir des contacts amicaux. Ne roulez pas en fou dès que vous avez un kayak sur votre toit. Faites-le pour vous et pour vos amis car l’image que vous laissez derrière vous a des répercussions sur les autres kayakistes et la pratique de ce sport.

 

Avec le temps, je vais tenter de rajouter ce que je juge important dans ce texte. Si vous avez des idées : vincentricard@homail.com  J’ai écrit ceci dans un seul but : faire du kayak de façon sécuritaire et respectueuse et de diminuer les risques de mauvaises presses par incident-accident de toutes sortes.

V

 

Par Vince (Vincent Ricard)

En réaction aux différentes discussions sur le forum, principalement cette discussion

Laisser un commentaire