Pagayer à l’eau froide

Par: Billy Thibault

Lorsqu’on passe la moitié de la descente à se réchauffer les mains plutôt que d’apprécier les rapides. L’eau froide amène aussi ses risques. C’est pourquoi, lors de l’arrivée de l’automne, plusieurs personnes rangent leurs kayaks même avec de bons niveaux dans les rivières. Cependant, pour ceux qui désirent profiter de nos belles rivières, il existe quelques moyens afin de prolonger sa saison tout en restant confortable.

Lorsque vous décidez de faire du kayak en température froide (sous 10 degrés Celsius), il est important de s’habiller en fonction tu temps passé sur la rivière, de l’effort fourni ainsi que du type de rivière. Par exemple, si tu comptes débarquer à chaque rapide pour scouter, ton corps n’aura pas beaucoup de temps pour se réchauffer. Il faut donc penser à s’habiller plus chaudement que si on pagaie pendant deux-trois heures sans vraiment arrêter. La sueur est un bien mauvaise amie quand vient le temps de faire du sport au froid. Je vais voir en rafale chaque partie du corps avec quelques trucs pour chaque partie.

 

La tête.

Il faut prendre en considération que chaque partie du corps exposée à l’eau aura le potentiel de faire descendre ta température corporelle. C’est pourquoi il est important de couvrir le plus de parties possible. Lors des journées très froides, j’utilise une cagoule en dessous de mon casque. Je n’aime pas vraiment ça, mais c’est quand même moins pire qu’un «brainfreeze». Quand c’est moins froid, un casque bien rembourré avec des protèges oreilles fait bien le travail. Le plus important selon moi, c’est les bouchons d’oreille. L’eau froide peut causer des otites et créer de plus grave problème à long terme. Le pince-nez peut aussi être un bon atout si tu veux faire du playboat ou que tu crois aller souvent dans l’eau.

 

Le corps.

Comme je disais plus tôt, l’eau est notre pire ennemie lorsqu’il fait froid. C’est pour cela que si tu as les moyens, le drysuit est la meilleure solution pour te garder au chaud, mais surtout en sécurité. Un bon wetsuit complet avec un drytop peut aussi faire le travail lorsqu’il fait un peu moins froid. En plein air, on favorise l’approche à plusieurs couches afin de conserver notre chaleur et d’éviter la sueur. En kayak, le drysuit est la 3e couche. (L’imperméable/coupe-vent) La deuxième couche est la plus importante car c’est l’isolant. Il fut un temps ou mon isolant était des culottes et des gilets de cotons ouatés. Ne faites pas cette erreur. Il faut éviter le coton à tout prix. Perso, le printemps et l’automne, je utilise qu’une seule épaisseur à la 2e couche et c’est le unionsuit D’NRS. (D’autres compagnies en font aussi) Sinon, tout ce qui n’est pas en coton et qui peut t’apporter de la chaleur peut faire le travail. Encore là, n’hésite pas à en mettre plus d’une épaisseur s’il fait vraiment froid.

1

La première couche est celle la plus proche de ton corps et la plus proche de ta sueur. Il faut donc un gilet respirant qui colle à ta peau idéalement. Tout bon gilet que tu utilises pour courir ou pour faire n’importe quel autre sport peut faire le travail. En terminant, n’oublie pas ton confort et ta mobilité.

Les mains

À moins que tu t’appelles Emrick Blanchette et que tes mains ne sentent aucunement le froid, c’est souvent cette partie du corps qui pose le plus problème. Avant de parler de comment couvrir tes mains, il est important de comprendre que ton corps, lorsqu’il a froid, concentre son énergie sur les organes vitaux. Il y a donc moins de circulation aux extrémités. Bien s’habiller constitue en soi une bonne façon de prévenir le froid aux mains et aux pieds. Il existe plusieurs façons de protéger des mains du froid.
L’option la plus chaude reste les mitaines. Le point négatif aux mitaines est la perte de la sensation de sa pagaie. Cependant, ajouter un adhésif comme de la cire peut aider. Personnellement, c’est mon option en temps froid

2

Les Pogies sont un bon compromis entre la sensation de la pagaie et la chaleur de tes mains. Certaines personnes comme Kid Franky ont de la difficulté à pagayer sans voir leurs mains. À essayer avant d’acheter.

3

Personnellement, je n’aime pas vraiment l’option des gants. Je n’ai jamais été satisfait de ma protection du froid avec des gants.

Ceux qui ne veulent rien savoir de protéger leurs mains peuvent quand même avoir du plaisir sur la rivière. Premièrement, bien échauffer son corps pendant que les mains sont entrain de geler. Après une vingtaine de minutes, sortez de votre kayak et levez-vous debout sur la rive. La position assise ainsi que les gaskets au niveau des poignets ne favorisent pas la circulation sanguine. En se levant, la circulation sanguine s’améliore au niveau des mains et cela réchauffera tes mains. Cela s’accompagne souvent avec une période douloureuse.

 

Pieds

Bas de laine en-dessous du drysuit et bas en néoprène par-dessus le drysuit. Encore une fois, la bonne circulation favorise la chaleur. Par temps très froid, je remplace mes souliers par des Crocs afin de ne pas être trop serré dans mes souliers. Lorsque tu as à marcher dans la neige, assure-toi de ne pas avoir de neige dans tes souliers avant d’embarquer dans ton kayak. Je me suis souvent gelé les pieds à cause de cela.

Trucs généraux.

–          Bien s’hydrater facilite le bon travail du corps et la gestion de la température corporelle

–          Bien manger et être bien reposé favorise le bon fonctionnement du corps et par le fait même une bonne thermorégulation.

–          Ne pas prendre d’alcool. Cela rapproche le sang de la peau et fait en sorte qu’il se refroidit plus rapidement

–          S’habiller avant de partir de chez soi évite la perte de chaleur corporelle avant de mettre à l’eau.

–          Mettre les mitaines au chaud pendant la navette permet de commencer la descente avec les mains chaudes.

Laisser un commentaire