Slalom en kayak

Qu’est-ce que la compétition de slalom en kayak d’eau vive?

C’est une course contre la montre où les concurrents doivent suivre un parcours comportant de 18 à 20 portes, de couleurs rouges ou vertes. On doit passer entre les portes sans les toucher, dans le sens de la descente pour les vertes et en remontée pour les rouges. 

Chaque touche donne une pénalité de 2 points et chaque porte manquée donne une pénalité de 50 points, ajoutée au temps réalisé qui est converti en points (1 point = 1 seconde). Une touche est considérée comme étant le contact avec une fiche et une partie du corps ou de l’équipement (pagaie, casque ou autre).

Chaque course se court sur 2 manches qui s’additionnent. Il est important de mentionner que seul le slalom est une discipline olympique depuis 1972.

La sensation

Imaginez-vous au départ d’un slalom. Les mètres cubes d’eau par seconde frôlent la crue. Vous êtes assis dans une embarcation d’à peine 9 kg alors que certains mouvements d’eau sont de véritables étaux géants. Vous êtes tellement concentrés que vous n’entendez même pas le bruit fracassant de l’eau qui dévale. Vous ne pensez qu’à ces portes, aux trajectoires à ne pas manquer. Vous pensez surtout à ce passage clé où de nombreux compétiteurs ont mis fin prématurément à leur espoir de podium. La première partie du parcours a été tracée pour vous épuiser les bras. Au bord, les supporters s’agitent. Vous, vous n’entendez toujours rien. Vous parvenez à la moitié du parcours sans aucune touche. Les muscles de vos bras commencent à cuire. Votre corps bouillonne malgré les 10 petits degrés de la rivière. Le passage clé arrive enfin, il est d’un engagement total. Plus qu’ailleurs, une erreur et votre équilibre est mis en péril. La victoire se joue ici et vous le savez. Ça y est vous êtes  passé.  Vous redoubler d’énergie alors que vos bras ne sont pas loin de la tétanie. Vous devez rester concentrés, la faute peut survenir jusqu’à la dernière porte. Celle-ci arrive enfin. C’est le moment du sprint final. 10 mètres jusqu’à l’arrivée. Une éternité…

Les différents canoës-kayaks

Les kayaks de slalom sont dotés d’une coque à fond presque plat et d’une très faible hauteur pour faciliter leur passage sous les portes. Les canoës-kayaks sont généralement composés de carbone et de kevlar ce qui les rend très légers.

 

  • K1 (kayak monoplace)

 

k1

 

 

 

 

 

Le kayakiste est assis dans l’embarcation et il utilise une pagaie.

 

 

  • C1 (canoë monoplace)

c1

 

 

 

 

 

Le canoéiste est à genoux dans l’embarcation et il utilise un aviron

 

 

  • C2 (canoë biplace)

c2 

 

 

 

 

Les canoéistes sont à genoux dans l’embarcation et ils utilisent des avirons.

 

 

 

Anthony Kelso 

 

Laisser un commentaire